Blizzard automnal

Françoise Boudreault

Cirque québécois connu pour ses spectacles gratuits dans la capitale nationale, Flip Fabrique a aussi créé des spectacles pour des scènes à l’italienne. Après quatre spectacles pour l’Agora de Québec de 2015 à 2018, la compagnie a produit pendant l’été 2019 Féria l’attraction dans une mise en scène bifrontale de Martin Genet à la place Jean-Béliveau, un lieu extérieur avec une jauge de 5 000 places. Depuis sa fondation en 2011, la compagnie a fait travailler 180 artistes, concepteurs, techniciens et gestionnaires. Vous aimez les chiffres ? Cette fabrique québécoise de cirque a tourné dans 20 pays, 150 villes et ses 850 représentations au compteur, incluent 200 événements spéciaux avec des partenaires et événements prestigieux.

Après Attrape-moi, un brin collégien, sur le paradigme du chalet avec des acrobates du feu de Dieu, et Transit, qui témoigne du métier et de la vie de tournée pour un groupe tissé serré, avec plusieurs numéros bien trouvés, voici la troisième création de Flip Fabrique pour la scène: Blizzard. La première mondiale avait lieu à Amsterdam en juillet dernier et le Diamant accueillait la première nord-américaine le 24 septembre.

Le titre évoque notre climat dans son hivernale impétuosité: un extrême de la météo qui allie les forces du vent et de la neige, redouté des humains mais si riche de métaphores. De nombreux artistes québécois magnifient ou fustigent les rigueurs de notre hiver comme en témoignent les musiques de Vigneault, Claude Léveillée, Charlebois, Plume, les Colocs, et j’en passe. Il y a les chutes de neige, les petites, moyennes et grosses bordées, la féérie des flocons décoratifs qui flottent ou tourbillonnent avant de toucher le sol, que de variantes! Mais le blizzard, c’est grandiose, une tempête de neige redoutable avec une dimension épique. Trève de dramatisation, on parle ici d’une production avec un thème exploité de façon ludique et sans prétention.

Cinq gars, deux filles et un musicien

Les ingrédients de Blizzard : du très bon cirque, de l’ingéniosité, une esthétique scénique léchée, la musique d’un multi-instrumentiste doué, sans oublier des acrobates qui assurent. Notons au passages les performances de Hugo Côté-Ouellet, Bruno Gagnon et Camila Comin, infatigables, qui s’élèvent, voltigent ou retombent tels de légers flocons. Le ton est à la jovialité juvénile, avec des drôleries induisant une bonne dose de légèreté et des adresses au public pour qu’il applaudisse après certaines prouesses. Très agréable divertissement familial, Blizzard se découpe en tranches entrecoupées de capsules canadiennes humoristiques avec un accent et une voix à la Henri Bergeron. La prouesse est au rendez-vous et appréciée, comme le prouvent les applaudissements fréquents des spectateurs, qu’on sollicite aussi pour frapper des mains ou chanter à certains moments.

La mise en scène qui donne à voir une certaine mécanique du cirque, avec les changements à vue des appareils par les artistes, met en relief la complexité et l’originalité des appareils. Sans chorégraphe au générique, la gestuelle circassienne est davantage présente qu’une fluidité souvent associée à la danse, notamment dans certains mouvements de groupe.

Parmi les trouvailles scénographiques, des parois en plexiglas permettent une jonglerie sonorisée à l’intérieur d’un cube géant (depuis les années ‘80, Michael Moschen en a fait des petits !) dont les arêtes et le dessus avec des surfaces amovibles servent plus tard pour le spectaculaire numéro de trampo-mur-cube, une des spécialités de Flip. L’image finale du spectacle est une pyramide humaine avec tous les acrobates du spectacle à l’intérieure de ce même cube.

Parmi les beaux et bons moments du spectacle, d’intéressantes séquences acrobatiques pendant le duo aux sangles, le traitement comique du numéro de hula hoop, des foulards qui se transforment en cerceaux textiles à travers lesquels les acrobates sautent et, formée au sol, cette impressionnante colonne à trois qui se dresse sous nos yeux. Avec son important dégagement en hauteur, la scène de Diamant constitue un écrin parfait pour la plus récente création de Flip Fabrique qui se prend comme un dessert glacé autant qu’un cocktail pétillant dont il ne faut pas se priver.

 

Blizzard en tournée québécoise à St-Jean-sur-Richelieu, Saint-Raymond, St-Hyacinthe, Salaberry-de-Valleyfield, Sainte-Geneviève, Sherbrooke, Victoriaville, L’Assomption et Montréal. Aussi en Ontario et aux États-Unis. Voir le calendrier de la compagnie.

FacebookTwitterGoogle plusShare